Quête d'une origine antérieure à Jules César

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quête d'une origine antérieure à Jules César

Message par Manannan le Dim 27 Mar - 20:44

*Can't read French?  If an imperfect translation is enough for you, choose your language here:
https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=fr&tl=en&u=http%3A%2F%2Fmenapii.forumactif.be%2Ft2-quete-d-une-origine-anterieure-a-jules-cesar&sandbox=1


L'exploration du génome est une plongée profonde dans le temps.
Alors que l'histoire peut être manipulée, la génétique permet d'apporter une force probante considérable... ou un démenti.
Les gènes ne mentent jamais et l'ADN offre l'opportunité de regarder l'histoire sans préjugé.
Il est possible, grâce la génomique des populations, de remonter au delà de toute trouvaille archéologique et d'élucider des mystères de l'histoire.

Le propos de ce fil est d'illustrer, au travers de l'exemple concret de l'analyse de mon chromosome Y et celui de personnes génétiquement proches, les impressionnantes possibilités qu'ouvrent ces nouvelles techniques au bénéfice des historiens.

Pourquoi "avant Jules César"?
Cette période de quête qui remonte à plus de deux millénaires est sujette à bien des hypothèses difficilement vérifiables.
Cette époque précédant l'énorme bouleversement démographique provoqué par Jules César comportait des populations relativement homogènes.
L'organisation sociale était tribale et les peuples se définissaient encore fortement par leurs liens tribaux.
A cette époque l'entièreté des tribus Belgæ parlaient des dialectes Celtes brittoniques.
Pour cette période, la génétique des populations est un apport substantiel pour fixer des hypothèses... ou produire de nouvelles découvertes.


Cette quête, qui consistait à trouver la tribu de ma famille antérieure à Jules César, m'a emmené vers des hypothèses insoupçonnées.
La génétique et une bonne documentation historique permettent de remonter le temps au-delà de deux millénaires.
En 2015, j'ai eu la chance de pouvoir acquérir scientifiquement la certitude de l'origine ménapienne de ma famille.

Voici donc ici le cheminement de cette recherche:

Lors du premier décryptage du chromosome Y de la famille, FamilyTreeDNA a déterminé qu’il appartenait au groupe L513 (ou DF1 ou S215 ou R1b1a2a1a2c1b).
Ce groupe DF1, selon les estimations actuelles, pourrait représenter une ethnie ancestrale d'environ 20 millions de personnes.
YFull estime la formation du DF1 à 4300 ans, donc aux alentours de 2300 ans avant l'ère chrétienne.
En 2014, la seule théorie qui circulait à propos des L513 postulait que ceux-ci descendaient des rescapés du génocide des Veneti (Armorique - Actuel Morbihan) par Jules César.
Ceux-ci avaient émigré en mer d'Irlande depuis le Morbihan et avaient constitué un exode d'une douzaine de bateaux qui constituaient autant d’arches de survie.
Cette histoire, bien qu'elle soit assez bien documentée, a été quelque peu romancée par l'auteur de "The Tribe Within" qui a repris et corrigé moultes fois la version originelle avec l'apport de confirmations ou d'infirmations de la génétique.
Elle était partiellement corroborée par Ptolémée qui avait suspecté la survivance des Veneti promis au génocide ou à l'esclavage par Jules César.
Cela semblait assez crédible… mais aussi contre-intuitif pour la famille, sachant qu’historiquement et de mémoire connue, le creuset de la famille n’avait pas de lien direct connu avec la Bretagne située à à 500 Km de Gand.




Cette incohérence a été très logiquement relevée par certains membres de la famille, fins connaisseurs de leur histoire familiale.
Il était donc nécessaire d'investiguer plus loin pour comprendre d’où venait cette apparente inadéquation et trouver une vérité mieux affinée et en rapport avec la réalité historique de la famille originaire du Gandensis faisant partie du "Pagus Menapiscus" (Pays Ménapien) qui désignait les anciennes Flandres dans les capitulaires de Charlemagne.
L'étymologie du nom "Ménapien" comporte deux substantifs celtes: "Men" et "Apa".
Les dialectes Celtes pouvaient varier fortement d'une région à l'autre et il est donc important de se référer à l'acceptation locale du terme.
Au pays Ménapien, Men signifiait "Demeure" mais aussi "Embouchure" et Apa signifiait "eau" mais pouvait aussi désigner un confluent, ce qui correspond géophysiquement à la ville de Gand située en Flandre orientale au confluent de l'Escaut (Schelde/Scaldis) et de la Lys (Leie).
Ceci s’explique par l’omniprésence de l’eau (marécages, mer,...) dans les lieux de vie des Ménapiens.
Le mot Ménapien désigne donc un habitant de marais et zones humides.



Il a fallu pousser l’analyse deux étapes plus loin jusqu’à la découverte, en aval du
L513 et du S5668 (S5668 est estimé par YFull à 4100 ans, donc environ 2000 avant l'ère chrétienne) , d’un nouveau cluster déterminé par le marqueur Z16340 (R1b1a2a1a2c1b1a à l’ISOGG).
La formation du Z16340 est estimée par YFull à 4100 ans, donc environ deux millénaires avant l'ère chrétienne, soit très peu de temps après la formation du S5668.

Cette nouvelle sous-clade Z16340 a pu être constituée grâce à l’apport de la famille Belge, de familles Irlandaises, Britanniques et Suédoises.
A cause de l’affirmation -peu logique sous l’angle de la famille Belge- selon laquelle tous les L513 étaient d’origine Vénète (Armoricaine), il a fallu chercher plus loin pour réaliser que cette sous-clade Z16340 détenait la véritable clé de l’explication logique de l'origine ethnique de la famille.
L‘affirmation de l’origine Veneti des L513 était partiellement vraie mais avec une famille Belge et plusieurs familles Scandinaves, il était désormais certain qu’elle ne couvrait pas l’intégralité du spectre génétique des L513.
L’appartenance de Crombrugghe à la sous-clade Z16340 a apporté un éclairage formidable à la compréhension sur leurs origines profondes en même temps qu'une confirmation très fondée sur leur appartenance à l'ancienne tribu des Ménapiens.
La branche Belge des Z16340 à laquelle appartient ma famille est le BY616 dont la formation est estimée par YFull à 3400 ans, à peu près en même temps que la branche Irlandaise (FGC9775) et la branche Suédoise (BY4148), soit environ 1400 ans avant l'ère chrétienne.
Les Vénètes (Veneti) et les Ménapiens (Menapii) appartiennent à la même sous-clade S5668, ce qui laisse supposer que leur alliance et leurs liens commerciaux privilégiés étaient peut-être aussi fondés sur une connivence tribale... et que le S5668 pourrait constituer le "haplogroupe de la Manche".

Lors de la tentative (qui a quand même duré six années entre 286 et 293) de création de l'Empire des Océans, toutes les tribus celtiques océanes des Pictons aux Ménapiens et aux Bataves se sont jointes à l'initiative de Marcus Aurelius Mausaeus Valerius Carausius (lui-même Ménapien) et les îles Britanniques (Irlande comprise) en faisaient aussi partie.




Le siège de cet Empire était situé à Rouen (Choix logique à l'époque puisque confluent "ABC" des Armoriques, des Belgae et des Celtiques).
Les Romains, qui avaient bien perçu le danger, ont tué cette tentative dans l'oeuf en faisant assassiner Carausius en 293.
Pour souligner le caractère despotique des Romains, voici comment il percevait sa province "Britannia": « la terre la plus écartée et le dernier boulevard de la liberté ».
Là encore, pas mal d'historiens salissent Carausius en le traitant d'usurpateur alors qu'il était très populaire et que son initiative était en réalité une tentative d'élaboration d'une fédération océane pour essayer de se dégager du despotisme de César et mieux lutter contre la piraterie en plein essor dans la Manche.

Avec cette meilleure précision, les données ont été transmises à Greg Magoon, un spécialiste de l’ISOGG, à Mike Walsh, L513 lui aussi et responsable clé de la branche celtique chez FTDNA et à Alex Williamson, spécialiste du décryptage génétique des P312 appartenant aussi au « Little Scottish Cluster » du groupe L513.
Ils les ont analysés contradictoirement et tous sont tombés d’accord : Le résultat imposait la création d’un nouveau Cluster.
Alex Williamson a organisé le placement de cette nouvelle sous-clade nommée Z16340 dans son arbre, ce qui a permis de connaître des familles apparentées sous cette branche, donc encore plus proches de la famille.

Lien plus complet et mieux à jour ici: http://www.ytree.net/DisplayTree.php?blockID=514&star=false

Fort de cette preuve génétique, Il fallait désormais trouver le lien historique… et là, un faisceau très intéressant de preuves a solidifié l'hypothèse.
Une fois de plus, il faut remercier Claude Ptolémée (Κλαύδιος Πτολεμαῖος, 90-168) pour son éclairage.
Ptolémée (Claúdios Ptolemaîos) mentionnait (Géographie, II, 2, 9) le peuple Menapii (sous la forme grecque originale: Μανάπιοι (Manapioi)) vivant dans le sud-est de l’Irlande.
Ptolémée d'Alexandrie mentionnait (Géographie, II, 2, 8 ) aussi la capitale des Ménapiens Irlandais (sous la forme grecque originale: Μαναπία πόλις (Manapia Ville)) qu'il a localisé au Sud-Est entre Wexford (embouchure du fleuve Slaney) et Arklow (embouchure du fleuve Avoca).
La colonie de Menapia a été fondée vers -216 par les Ménapiens, soit environ 162 ans avant leur effondrement sur le continent.

Il est possible que ce site "The Cahore Polders and Dunes" soit Menapia.

https://www.google.com/maps/@52.5405512,-6.2170543,957m/data=!3m1!1e3
Les zones construites sont très probablement plus récentes mais des traces anciennes sous-jacentes pourraient permettre de révéler Menapia.
http://ie.geoview.info/the_cahore_polders_and_dunes,73579768w
Ce site constitue probablement le plus ancien lieu d'origine d'une majorité d'Irlandais Ménapiens (Irish Type II).

Ce peuple semble être un homonyme des Menapii de Gaule Belgique et est régulièrement considéré comme émanant de ces derniers.



… Or, les Menapii (ou Manapi) n’étaient rien d’autre que des Ménapiens de Flandre orientale (Pagis Menapiscus/Gandensis) et des environs.
A noter que le comté de Fermanagh (Partie lacustre au sud-ouest de la zone Ui Neill) est considéré comme originellement Irlandais sur cette carte:


Le positionnement des Menapii dans les zones "native Irish" constitue une présomption supplémentaire de leur ancrage profond.

Arrivés en Irlande, certains Ménapiens ont migré -probablement par voie maritime- après quelques générations vers le nord-ouest du pays et fondé le  « Contae Fhear Manach » (Notez le substantif « Mana »): Ils y ont fondé la première colonie de FerMANAgh et y ont intégré le substantif de leur nom et de celui de leur dieu MANAnnán, Dieu de la mer et des éléments (temps, météo).
« Fir Manach » pourrait être traduit par « Fils de Manach ».
Le celtologue D'Arbois de Jubainville a proposé de reconnaître "Fir Menia", comme référant aux Menapii et précédant "Fir Managh" et "Fermanagh".

Trouvé en Celtique Irlandais traduit en Anglais dans  « The Book of the Lays of Fionn »:
« For the space of two hundred full years was the golden ancient shield, after a still longer life, in the possession of the kings of Fir Menia.
Manannan of the heroes went after it into the country of Fir Menia, where he gained nine glorious battles over the people of shield-bright Sgoran.
 »

Leur intention, au delà de leurs croyances, était de placer le substantif « Mana » en référence aux origines ménapiennes.
[/url]Manannan était l’équivalent Celte du dieu grec Poséidon ou du dieu romain Neptune.

 

Il était omniprésent dans la mythologie Celte (Ile de Man, Irlande, Pays de Galle, Ecosse… et bien entendu, il avait une grande importance chez les Ménapiens, tribu de marais salants (Les salaisons du pays des Ménapiens s'exportaient jusqu'à Rome) et de tradition maritime.
Le substantif « Mana » indique d’ailleurs qu’il est très possible que la mythologie de Manannán Mac Lir se réfère au pays des Ménapiens.

Le peuplement de l’île de Man (toujours le même substantif…) a aussi été ménapien (certains Mannois ont une ascendance Vikings mais Les Vikings norvégiens ne sont arrivés à Man qu’au 9ème siècle alors que des descendants de Ménapiens irlandais avaient colonisé Man au moins 5 siècles plus tôt).
Ce n'est nullement un hasard si l'île de Man était appelée "Monopia" sur les anciennes cartes. Il existe bien un lien historique.
La langue d’origine pratiquée par les Ménapiens de Belgique était un dialecte P-Celtique (Gallo-Brittonique) mais après s'être installés à Manapia, leur première colonie d'Irlande, Ils se sont adaptés au dialecte Gaélique d'Hibernia et c'est ce dialecte Q-Celtique qui forme la base du Mannois (Manx en anglais ou « Gaelg » en Mannois) dont Ned Maddrell, décédé en 1974, fut le dernier locuteur originel… mais les jeunes Mannois ont la volonté de faire revivre leur culture et le dialecte Mannois reprend vigueur.
Un exemple :
[/url]http://www.manxmusic.com/audioplayer/


Pourquoi s’être attardé sur le comté de Fermanagh situé actuellement en Ulster occidentale? Parce que c’est là que se trouvait la clé de l’énigme!

Chercher la clé des origines de la famille en Belgique aurait pu être trop polémique à cause des sensibilités entre Celtiques et Germaniques pour les questions -très sensibles en Flandre- de légitimation historique de l’origine.
Les Ménapiens sont trop souvent encore considérés dans une confusion totale avec les Flamands ou les Francs par certains chroniqueurs.

Voici les différences:
- Les Ménapiens étaient les occupants originels des deux Flandres actuelles, de la Zélande, du sud-ouest (rive gauche) du Rhin et du Nord de la France jusqu'à Cassel.
Les Ménapiens étaient la tribu côtière la plus importante de la Belgique d'avant Jules César.
Ils étaient totalement Celtiques et parlaient un dialecte Celte.
- Les Flamands sont un peuple non-homogène composé de Celtiques autochtones (dont des Ménapiens) et des descendants germaniques des occupants issus de la sur-invasion des Usipètes (En Zélande et dans les anciennes Flandres) et des Tenctères (dans le Limbourg et en Gueldre) de -55/-54 (eux-mêmes ayant été poussés hors de leur territoire par les Suèves), de Bataves et de descendants des Francs.
Ils sont liés par la pratique de leur langue (Le Flamand).
- Les Francs sont venus plus tard.
Leur origine est controversée (Tungri? Tenctères? Sicambres? Bructères? Ampsivariens?) mais ils sont souvent considérés comme ethniquement germaniques (tant francophones que néerlandophones).
La langue natale de Charlemagne aurait été le Bructère (francique ripuaire).
A leur noblesse allochtone, les Francs avaient intégré celle des Ménapiens et des autres tribus autochtones.
Les Francs ont contribué culturellement à la "langue d'Oïl", précurseur du Français moderne.
La langue d'Oïl a conservé un substrat celtique plus important et a subi une plus grande influence germanique des Francs que sa cousine du Sud, la langue d'Oc.
Après une période d'influence latine, la noblesse des Francs, pourtant d'origine culturelle germanique, a fini par adopter la langue française, synthèse des langues d'Oïl (lingua gallicana) et d'Oc (lingua occitana), plus jeune mais plus consensuelle (mélange d'influences celtiques, latines et germaniques) qui, au fil du temps et grâce à l'amélioration de sa structuration, a aussi fini par être adoptée en remplacement du latin au sein de la plupart des noblesses et des structures politiques européennes.

Pour en revenir à Fermanagh, la voici la fameuse preuve attendue : La majorité de la famille la plus emblématique de ce comté (Les Maguire et McGuire dont une cinquantaine de membres ont été analysés) est placée sous cette même tribu
Z16340.
« Fir Manach ‘the men of the Manaig’ (probably the Menapii of Ptolemy’s Geography) had been important in the area before the Maguires. »
En réalité, c'est encore plus fort que ça: Les Maguires eux-mêmes sont des descendants des Ménapiens.
Non seulement la présence de cette famille sous Z16340 confirmait leur origine ménapienne mais aussi, en retour par la légitimation des récits de Ptolémée, cela confirmait de façon évidente la « celtitude » des ménapiens... et le fait que Z16340 était bien cette fameuse sous-clade Ménapienne.

Une présomption indirecte de plus est venue renforcer cette preuve: La présence de familles Suédoises aux côté des familles Irlandaises et Belges.
Pourquoi??? Si l’on observe la position du pays des Ménapiens, celle de l’Irlande et celle de la Suède, on remarque que les contrées ménapiennes sont à équidistance maritime (environ 1000Km) entre l’Irlande et la Suède, alors que les Veneti étaient 500Km au Sud-Ouest et nettement plus proches des côtes Irlandaises.
En Suède, les Ménapiens auraient dépassé les zones où se trouvaient les Vandales et les Goths du Götaland pour aller s'installer au Nord de la Baltique occidentale.
La logique géographique a donc parlé pour l’histoire et, en appui de la génétique, confirmé que la puissance et le génie maritime des Ménapiens avaient été largement sous-estimés et au moins équivalent à celui de leurs alliés Veneti d’Armorique.
Au delà des manipulations historiques reprises sans filtre anti-propagande, les Ménapiens constituaient une tribu maritime, productive, colonisatrice, fière et indépendante plutôt qu’une tribu primitive alors que les fait ont prouvé que les vrais conquérants démolisseurs et génocidaires en Gaule étaient les Romains.
Le puzzle était devenu évident et les enchaînements historiques se sont assemblés tout seuls.




Jules César avait ordonné plusieurs génocides de résistants acharnés entre -57 et -54: Dont celui des Veneti (Exode des survivants en mer d'Irlande ... ou en esclaves à Rome), puis celui des Éburons (Ambiorix - le "Vercingétorix Belge" - aurait survécu mais où... et les survivants liés aux Eburons pourraient être les "Brigantes" des îles) et enfin, celui des Ménapiens en -54, les vrais derniers à résister farouchement à sa toute puissance.
Contre les Ménapiens, ultime et dernière bataille de la guerre des Gaules, César avait mis « le paquet » (Cinq cohortes, donc 30000 légionnaires contre une population estimée à seulement 65000. Hommes, femmes et enfants compris.) … mais leur génocide a échoué grâce à la protection naturelle de leurs marais, leurs îlots (A cette époque, la mer allait loin dans les terres, quasiment jusqu’à Gand), leurs forêts denses, des pluies dilluviennes qui ont découragé les Romains, ... et leurs connaissances maritimes.
A ce propos, la marine des Ménapiens est peu connue historiquement car non-rapportée par les historiens de César. Les Ménapiens avaient toujours refusé tout contact diplomatique avec la Rome conquérante. Pas même un ambassadeur, ce qui a privé les Ménapiens de témoignages historiques.
Les Ménapiens souhaitaient simplement qu'on leur f... la paix pour continuer leur business plus orienté vers la mer que vers l'arrière-pays.
La marine ménapienne existait pourtant et devait même être assez importante puisqu’ils commerçaient par la mer avec leurs voisins Frisons, avec les Britanniques, avec les « Amber » (Hambourg) du delta de l’Elbe, avec les Scandinaves … et même jusqu’à Rome via leurs alliés Veneti de la confédération Armoricaine.
Les Ménapiens étaient donc bien une vraie civilisation productive, commerciale et maritime plus qu'une tribu exclusivement rurale encore trop souvent représentée de façon très réductrice par une maisonnette sous toit de chaume.
La génétique a prouvé que les Ménapiens étaient en fait très évolués et que leur société était très nettement mieux structurée et plus civilisée que ne le laissaient percevoir les récits historiques manipulés des historiens de Jules César.
Les Ménapiens étant des marins, des commercants, des paysans et des artisans, ils avaient plus une culture de résistants, voire de maquisards des marais, que d'agresseurs et ils ont été surpris par la rage atavique de Jules César envers les Celtes.

En -54, la même année, alors que les Ménapiens considérablement affaiblis tentaient encore de se remettre des souffrances et les saccages (incendies et vols de récoltes) infligés par les armées de César, les tribus (germaniques) Usipètes et Tenctères en ont profité pour les sur-envahir par le nord.
Les Ménapiens n'était pas préparés à cette double invasion ni au vol d'une partie de leur flotte par les tribus germaniques.
Cette invasion de trop a révulsé une partie des Ménapiens qui, ne supportant pas la prédation de leurs productions et ces usurpations de leur souveraineté, ont préféré se soustraire à leurs prédateurs.
Ils ont alors profité des restes de leur puissance maritime pour prendre la mer et aller se réfugier en Irlande où ils avaient des liens proches, des comptoirs commerciaux et où ils avaient fondé leur colonie Menapia.
Une petite partie d’entre eux, comme en témoigne la présence de familles Suédoises sous Z16340>BY4148, se sont dirigés vers la Scandinavie où ils avaient probablement aussi établi un ou des comptoirs et dont les occupant étaient encore peu nombreux.

Sans les massacres des armées de César, cette sur-invasion n'aurait pas été possible et les exodes de Ménapiens n'auraient pas été aussi massifs.
L'avantage pour les Ménapiens d'aujourd'hui est que ces colonies et ces exodes ont constitué un excellent moyen de preuve génétique pour tracer leurs origines.

Avant César, le territoire des Gaules s'étendait jusqu'au Rhin à Nimègue (Nijmegen) qui tient son nom du gaulois Noviomagus qui signifie « nouveau marché ».
Nimègue appartenait au Duché de Gueldre. Toute la zone au sud de Nimègue était donc Celtique et d'origine Gauloise.
Un document est conservé à la Bibliothèque de France: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84698661/f1.item.r=Menapii.zoom#
Pour souligner le succès de l'invasion germanique, la limite des cités gauloises portait en Allemagne jusqu'aux villes actuelles "Emmerich am Rhein", "Rees", "Wesel", "Rheinberg" et tout le Brabant (Eindhoven compris) et le Limbourg (Maastricht compris) tant Belge que Néerlandais était Gaulois.

Cette déstructuration de la société ménapienne sur le continent a provoqué le déclin de leur langue celtique d'origine et sa disparition par assimilation alors que les colons Ménapiens partis en mer d'Irlande ont farouchement conservé leurs traditions d’origine et ont même mythifié leur lieu d’origine.
Malgré son net déclin au profit de l’Anglais, la langue officielle encore parlée en Irlande est celtique.

La sous-clade ménapienne Z16340 est, depuis 2016, définie comme R1b1a2a1a2c1b1a à l’ISOGG (International Society of Genetic Genealogy).

Chaque famille sous Z16340 peut désormais avoir la certitude en toute légitimité, grâce a ces preuves, de porter et transmettre ses origines ménapiennes depuis environ quatre millénaires.
Ces détours par la génétique, Ptolémée, la mer d'Irlande et la Suède étaient indispensables pour résister aux réfutations.

La popularisation des tests génétiques amplifiera les preuves et produira de nouvelles découvertes.
D'autres résultats de Z16340 à venir viendront appuyer ces thèses.
Il existe certainement beaucoup de sources de preuves dans la noblesse belge composée de familles très anciennes et bien répertoriées.
Je pense notamment à certaines familles dont les ancêtres faisaient partie du Franc de Bruges. Si vous en êtes...

C’est la première fois qu’une analyse génétique sur les Ménapiens a été réalisée et a permis, par ce biais, de fixer plusieurs incertitudes historiques.
Cette analyse permet aussi d'ouvrir de nouveaux champs d'investigations historiques en Flandre/Zélande (lieux des départs de colons), en Irlande, aux abords de la mer d'Irlande et en Suède au nord du lac Mälaren.

En espérant que ce fil vous en aie appris un peu plus sur les Ménapiens.

J'espère par ce fil trouver d'autres familles ménapiennes.
Si vous suspectez une probabilité de cette origine (lignée paternelle) lointaine dans votre famille, contactez-moi.

Le test Z16340 le meilleur marché est sur YSEQ: http://www.yseq.net/product_info.php?products_id=11895
En cas de résultat positif, je vous recommande de faire analyser (STRs et SNPs) votre chromosome Y sur FamilyTreeDNA afin d'obtenir une définition plus précise.


En attendant, pour vous documenter, je recommande cet ouvrage de Norman Mongan, Irlandais Ménapien (Irish Type II):

http://www.normanmongan.com/books/menapia-quest/


Cet ouvrage est bien documenté (15 années de recherches publiées en 1995), très abordable et facile à lire si vous connaissez l'Anglais.
Cet ouvrage est
listé aux Catalogue des bibliothèques des Archives de l'État Belge ...mais de facto curieusement introuvable.
Il est aussi listé à la Bibliothèque universitaire de Gand.
J'ai obtenu l'autorisation de Norman Mongan pour l'illustration des colonies de Ménapiens aux îles Britanniques provenant de son livre.
La lecture en vaut la peine tant il est agréable de sentir le profond attachement de cet Irlandais envers ses racines ménapiennes.


Dernière édition par Manannan le Sam 21 Mai - 18:25, édité 2 fois
avatar
Manannan
Admin

Messages : 2
Date d'inscription : 27/03/2016
Age : 57
Localisation : Belgique / België / Belgium

Voir le profil de l'utilisateur http://menapii.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum